Les différentes sources de financement



Le capital social


Apport initial et définitif des associés lors de la création de l’entreprise. Il a vocation à rester de manière durable dans l'entreprise, et non à être remboursé. Ces fonds ne peuvent être récupérés que lors de la liquidation de la société, si un excédent financier peut être dégagé, ou lors de la vente des titres, parts sociales ou actions, qu’ont reçus les associés en échange de leurs apports.


Les comptes courants d’associés


Ce sont les sommes mises à la disposition de la société par ses associés de façon temporaire. Ils sont donc destinés à être retirés à plus ou moins long terme. Ils peuvent être bloqués sur un temps défini et pour un certain montant et sont donc considérés comme des quasi fonds propres lors de cette période. Dans tous les cas, ces comptes peuvent être rémunérés, même si le taux d'intérêt déductible est plafonné (le plafond varie selon les mois, il était par exemple de 1,15% en mars 2022). En cas de difficulté de l'entreprise, les titulaires de comptes courants entrent dans la catégorie des créanciers chirographaires (sans aucune garantie particulière de paiement).


Le capital


Les fonds d'investissement peuvent être spécialisés en différentes typologies de capital : capital risque, développement ou transmission suivant le stade de maturité de l’entreprise ciblée.

Les fonds de capital-investissement apportent des capitaux propres à l'entreprise. Cet apport augmente le capital social de l'entreprise, dont le fonds devient actionnaire ou associé.


Les obligations


Une entreprise peut émettre des obligations non convertibles : les détenteurs obtiennent un titre de créance et touchent régulièrement un coupon. Ils ne touchent pas de dividendes et n’ont pas de droit de participation mais sont remboursés avant les détenteurs d’actions en cas de faillite.


Une entreprise peut également émettre des obligations convertibles. L’investisseur les acquiert et à échéance il pourra choisir entre le remboursement de la somme prêtée en numéraire ou par l’attribution d’actions. L’avantage pour l’entreprise réside dans le fait que ces créances obligataires peuvent se convertir en fonds propres. Par ailleurs, il n’y a pas de perte de pouvoir immédiate au profit de l’investisseur. L’investisseur, pour sa part, bénéficie des avantages combinés d’une obligation et d’une action : rémunération fixe, coupon, rémunération variable ou dividendes (après la conversion).


Les subventions


Fonds versés à titre définitif sans obligation de remboursement.

Les subventions contribuent aux fonds propres de façon indirecte : elles s’insèrent dans les produits d’exploitation, ce qui réhausse le CA et donc le résultat net et donc les Fonds Propres.


Les emprunts bancaires


Il s'agit d'une somme mise à la disposition de l'entreprise par un organisme financier, avec obligation de la rembourser selon un échéancier préalablement défini. En contrepartie de son financement, l'organisme prêteur perçoit des intérêts rémunérant l'apport de fonds. Les banques de flux se rémunèrent sur les flux de la société, il est donc obligatoire d’avoir un certain nombre de flux réalisés via la banque prêteuse.


Le crédit bail ou location avec option d'achat (LOA).


C’est un mode de financement pour des biens matériels ou immobiliers, qui consiste en la location de ceux-ci par l’entreprise avant de potentiellement en devenir le propriétaire à la fin du contrat.

L'organisme financier reste donc propriétaire du bien, qu'il loue à l'entreprise. Il s'engage à le lui vendre après une certaine période selon des conditions prédéfinies.


Avantages et inconvénients

Type de financement

+

-

Capital

​- Pas de frais financiers

- Indépendance financière

- Augmentation de la capacité de fonds de roulement

- Accroît la capacité d’endettement future (effet de levier)

​- Dilution du capital

- Perte de pouvoir dans la gouvernance

Subventions

​- Financement gratuit

​- Long à obtenir et incertain

Dettes

- Pas de dilution

- Augmentation de la capacité de fonds de roulement

​- Paiement d’intérêts

- Augmentation de l’endettement donc baisse de l’autonomie financière

Crédit-bail

​- N’a pas d’impact dans le bilan sur le niveau d’endettement

- Possibilité de rachat en fin de contrat

- Se limite aux bien matériels

- Les frais additionnels peuvent être supérieurs à ceux des prêts bancaires

Obligations

- Pas de perte de pouvoir pendant un temps fixé - Pour celles convertibles : augmentation potentielle des fonds propres

- Taux d’intérêts importants


Vous êtes intéressé par le non-dilutif pour financer votre entreprise ? Prenez contact avec nous !